Vendredi Lecture #57 – A Wish Your Heart Makes de Charles Solomon

Cendrillooooon, son sourire est un soleil, Cendrillooooon 🎶 Vous ne m’entendez pas chanter avec une voix digne des prouesses d’Anastasie, mais croyez moi, le coeur y est ! Pour le contexte de ce #VendrediLecture féérique, on remonte quelques décennies en arrière, quand je regardais le film d’animation Cendrillon un peu trop souvent. Armée d’une poupée Barbie aux chaussures pailletées, et de ma propre collection de bijoux étincelants en plastique, Cendrillon était ma princesse Disney préférée, et a gardé le titre jusqu’en novembre 2010 (… Raiponce a fait un putsch). Elle garde aujourd’hui une place particulière dans mon petit coeur de grande enfant (au sens figuré, vous savez bien que je suis un modèle de poche) et c’est avec grand plaisir que je me suis plongée dans cet ouvrage qui attendait dans ma PAL. Ecrit par Charles Solomon, aka le meilleur écrivain sur le sujet des films Disney pour moi, A Wish Your Heart Makes a été publié en 2015 aux Editions Disney, et présente Cendrillon dans sa globalité, des origines du conte de fées à la dernière adaptation en date par Kenneth Branagh. Il n’existe pas à ma connaissance de version française. Chaussez vos pantoufles, et Bibbidi, Bobbidi, Boo ! ✨

PS : je vous recommande cette musique d’ambiance pendant la lecture du livre et/ou de l’article pour une expérience plus magique ! Parce que Patrick Doyle est un magicien 💙

A Wish Your Heart Makes:
Walt Disney’s Cinderella from Animation to Live Action

Résumé traduit de l’éditeur
Avec une héroïne gentille qui reçoit une juste récompense de sa Marraine la Bonne Fée, « Cendrillon » est l’un des contes de fées les plus appréciés de par le monde. A Wish Your Heart Makes retrace l’histoire et les nombreuses incarnations du conte, avec une attention particulière accordée à ses liens forts avec Walt Disney et ses studios. Le livre conclue sur les coulisses du film Cendrillon live-action de 2015 réalisé par Kenneth Branagh, avec des interviews de Branagh, Cate Blanchett, Helena Bonham-Carter, Derek Jacobi et Lilly James.

Il était une fois… Cendrillon

Ce bel ouvrage début par une introduction de Kenneth Branagh, qui présente son approche pour une nouvelle adaptation cinématographique du conte. Il revient sur les caractéristiques qui font de Cendrillon une héroïne aussi iconique : « an ability to see the world not always as it is, but perhaps as it could be » (p.7).

Partie 1 : Once Upon a Time

Charles Solomon commence par le début, c’est-à-dire les origines du conte dont il existe des centaines de versions. Si certaines remontent même à l’Egypte Ancienne, la première version de l’histoire faisant apparaître la fée marraine est celle de Charles Perrault en 1697. Solomon fait un petit récapitulatif des versions les plus célèbres et leurs variantes et spécificités, tout en prenant soin de les inscrire dans leur contexte historique. Il mentionne par exemple qu’au XVIIe et XVIIIe siècles, en France, 80% des hommes veufs se remariaient dans l’année, et donc les familles recomposées à l’image de celle de Cendrillon étaient monnaie courante (p.18). Il creuse un peu plus et évoque les travaux de Bruno Bettelheim, dont la célèbre Psychanalyse des Contes de Fées (1976) n’a pas fini de faire couler d’encre.

L’auteur présente également différents types d’illustrations ayant accompagné les versions successives de l’histoire à travers les siècles, par Gustave Doré, Edward Burne-Jones, etc. Mais Cendrillon sort vite des pages, et Solomon nous fait un tour d’horizon des oeuvres musicales, théâtrales et cinématographiques qui ont pris vie. Qu’il s’agisse d’un ballet à Vienne en 1813, ou de la musique composée par Prokofiev en 1945, en passant par la production de Rodgers & Hammerstein en 1957, il est clair que Cendrillon n’a pas fini d’inspirer les plus grands. La sélection de films adaptant le conte est d’ailleurs assez impressionnante, avec même deux films signés Georges Méliès !

Partie 2 : Walt Disney’s Cinderella Story

Dans le second chapitre, Solomon rentre dans le vif du sujet avec un historique de la création et de la production du grand classique des studios Disney. Après la Seconde Guerre mondiale, l’argent manque et les studios ont besoin d’un gros succès pour renflouer les caisses et aborder l’avenir plus sereinement. Walt décide de continuer dans sa lignée des classiques de la littérature pour enfants, mais vient la question de comment s’approprier Cendrillon et captiver le public ? John Lasseter y voit le talent particulier de Walt Disney : « It’s the master storyteller who takes a story that everybody knows, but keeps you on the edge of your seat » (p.40). Charles Solomon revient également sur les étapes et les techniques utilisées comme le rotoscoping et les prises de vues réelles pour rendre plus réalistes les expressions et gestuelle des personnages. Plusieurs animateurs de renom comme Andreas Deja interviennent sur le sujet, avec admiration et émotion.

On en apprend un peu plus sur les particularités de la version Disney, comme le prénom de Javotte, Drizella en anglais : c’est un dérivé de Drusilla, la soeur de Caligula ! Le style visuel a été basé sur les magnifiques concepts de l’artiste Mary Blair, emprunts de magie et de fantaisie (versus le réalisme des travaux d’Evynd Earle sur La Belle au Bois Dormant par exemple). On découvre qu’une importance très particulière a été accordée à la lumière, aux angles de vues et les jeux de proportions. C’est un film très contrasté ! Enfin, l’auteur s’intéresse à la musique du film, et au choix d’Ilene Woods pour être la voix de la princesse.

Partie 3 : A Live-Action Fairytale

Comment les studios en sont-ils venus à adapter un tel classique en live-action ? Alli Shearmur, productrice, évoque l’importance de film et l’honneur de participer à un tel projet. Cela explique aussi le choix de Dante Ferretti comme Production Designer, et surtout de la costumière multi primée Sandy Powell pour imaginer les costumes du film.

Kenneth Branagh s’interroge sur ce que signifie adapter l’histoire de Perrault aujourd’hui. Il évoque le délicat équilibre à maintenir entre une héroïne classique connue pour sa gentillesse et une visions plus moderne et féministe dans l’ère du temps : « A young woman who was perceived as dutiful and obedient in the late XVIIth century might strike XXIst century viewers as a subservient doormat » (p.114). Il convenait donc de tourner l’histoire autrement, afin que la princesse ne soit pas sauvée par le prince. Ce dernier a d’ailleurs bénéficier d’un beau makeover : il a gagné une personnalité.

L’auteur continue avec une partie dédiée au choix des acteurs, et la façon dont chacun a abordé son rôle, avec des interventions de Lily James, Cate Blanchett ou encore Helena Bonham Carter. Puis il s’intéresse plus en détail à la production du film : le travail du contexte, des décors, des costumes etc. La musique tient une place très importante dans Cendrillon. C’est Patrick Doyle (coeur sur lui) qui a composé la bande-originale, et il a pris ce rôle très à coeur : « Hopefully I will create a timeless score » (p.159). En ce qui me concerne, c’est un pari réussi ! Il s’agit d’une de mes musiques de films préférées EVER 💙. Pour finir en beauté, c’est Sandy Powell qui prend la suite avec tout son travail sur les costumes du film et la création d’une robe de bal des plus magiques.

– Mon Avis –

Sans surprise, j’ai beaucoup aimé cet ouvrage. C’est toujours un plaisir d’avoir un livre de Charles Solomon entre les mains, et il n’est que décuplé avec Cendrillon comme sujet. Je suis une grande fan du film d’animation et du live-action, et j’ai adoré me plonger dans les coulisses de leur création. Comme d’habitude, c’est également un très beau livre avec des illustrations de qualité, ainsi que des interventions pertinentes d’animateurs reconnus des studios Disney. Je suis ravie de l’avoir dans ma collection et ne peux que vous le recommander pour une petite dose de magie et/ou un joli cadeau de noël 😊

Il y a des fans de Cendrillon dans la salle ? Dites-moi que je ne suis pas seule à rêver de la robe de Lily James ✨

8 commentaires sur “Vendredi Lecture #57 – A Wish Your Heart Makes de Charles Solomon

  1. Ce mug Cendrillon est une vraie merveille ! 🙂
    L’ouvrage aussi est magnifique et c’est vrai que la robe bleue de Cendrillon fait rêver tellement elle est jolie et élégante. ^^

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.