Vendredi Lecture #63 – A Discovery of Witches et la trilogie All Souls de Deborah Harkness

Cette semaine, c’est un #VendrediLecture massif qui vous attend ! Je voulais vous présenter la saga « All Souls » de Deborah Harkness, qui regroupe les volumes A Discovery of Witches (1), Shadow of Night (2) et The Book of Life (3). Il y a quelques semaines, je suis tombée sur le trailer de la série A Discovery of Witches avec Matthew Goode – que j’aime beaucoup beaucoup (beaucoup). Avant de me lancer, je me suis laissée tenter par le roman éponyme, et la promesse d’une histoire de sorcière, un de mes thèmes préférés, sans trop regarder le résumé. Est-ce que j’ai enchaîné sauvagement les 3 tomes ? Oui. Est-ce que ça représente plus de 1700 pages en 2 semaines et demi ? Oui encore. Oups 🙃 Allez, c’est parti !

– ✨ A Discovery of Witches & la trilogie All Souls ✨

A Discovery of Witches / Le Livre perdu des Sortilèges (T.1) – résumé de l’éditeur

Diana Bishop a renoncé depuis longtemps à un héritage familial compliqué pour privilégier ses recherches universitaires, une vie simple et ordinaire. Jusqu’au jour où elle emprunte un manuscrit alchimique : l’Ashmole 782. Elle ignore alors qu’elle vient de réveiller un ancien et terrible secret – un secret convoité par de nombreuses et redoutables créatures. Dont Matthew Clairmont. Un tueur, lui a-t-on dit. Malgré elle, Diana se retrouve au coeur de la tourmente.

⚠ ATTENTION : si vous lisez les résumés des tomes suivants, vous risquez d’être spoilé.e.s ! ⚠

Shadow of Night / L’école de la Nuit (T.2) – résumé de l’éditeur

Diana Bishop, jeune historienne héritière d’une puissante lignée de sorcières, et le vampire Matthew Clairmont ont brisé le pacte qui leur interdisait de s’aimer. Quand Diana a découvert l’Ashmole 782, un manuscrit alchimique, à la bibliothèque d’Oxford, elle a déclenché un conflit millénaire. La paix fragile entre les vampires, les sorcières, les démons et les humains est désormais menacée. Déterminés à percer le mystère du manuscrit perdu, et tentant d’échapper à leurs ennemis, Diana et Matthew ont fui à Londres… en 1590. Un monde d’espions et de subterfuges, qui les plonge dans les arcanes du passé de Matthew et les confronte aux pouvoirs de Diana. Et à l’inquiétante École de la nuit.

The Book of Life / Le Noeud de la Sorcière (T.3) – résumé de l’éditeur

Après un séjour en 1590, Diana Bishop et Matthew Clairmont reviennent dans le présent pour affronter de nouveaux dangers. Une terrible menace pèse sur leur avenir, et elle ne se dissipera que s’ils parviennent à récupérer les pages manquantes de l’Ashmole 782. Or le temps presse, car la grossesse de Diana arrive à son terme et Matthew a de son côté décidé de défier la Congrégation qui régit la vie de toutes les créatures surnaturelles. De vieux châteaux en laboratoires universitaires, depuis les collines de l’Auvergne jusqu’aux palais vénitiens, Diana et Matthew, décidés à protéger leur amour défendu, finiront par découvrir l’encens et terrible secret tant convoité.

– ✨ Mon avis ✨ –

Tome 1 – A Discovery of Witches

Dès le départ Deborah Harkness a sorti le grand jeu pour moi. Une héroïne passionnée d’histoire et d’alchimie, en Angleterre, et c’est une sorcière ? Je signe tout de suite ! Bon au au début, j’ai eu un moment d’agacement quand j’ai vu débarquer un vampire, je ne vais pas vous mentir, car j’en ai un peu marre des suceurs de sang mystérieux. Mais bref, entrons dans le vif du sujet. J’ai adoré l’histoire, pleine de rebondissements et extrêmement documentée. J’aime apprendre des choses même quand je lis de la fiction, et c’est un plaisir de lire des romans écrits par des historiens car ils insufflent (souvent) leur passion dans leurs oeuvres. J’ai beaucoup apprécié l’équilibre entre le folklore, la magie, l’histoire et aussi surprenant que cela puisse paraître, la biologie ! Ce n’est pas évident mais le tout s’emboîtait très bien. Un autre élément que j’ai beaucoup apprécié est le changement de décor. Entre Oxford, le Massachussets et l’Auvergne, on voit du pays et se plonge facilement dans l’atmosphère de chaque lieu. Enfin, j’ai aimé la mythologie, avec l’établissement d’une trinité sorcières/vampires/démons qui sort un peu de l’ordinaire, sauf peut-être les vampires qui restent très « Twilight » dans l’âme, mais je ne suis absolument pas spécialiste de la figure du vampire, aussi je ne saurais pas dire ce qui relève de la tradition ou non.

Ce que j’ai moins aimé, curieusement, c’est les personnages. Diana est une héroïne intéressante mais au fort potentiel de Mary Sue. Elle est brillante, puissante, et spéciale, et un tantinet agaçante dans ses décisions. Matthew, par contre, c’est une autre paire de manches. Déjà, pardon pour le moment chauvin, mais la langue française est martyrisée tout au long de la saga par un paquet de vampires frenchies, ça m’a irritée un peu 🙄 Mais revenons-en à nos moutons. Ce personnage part un peu dans tous les sens, tantôt calculateur avec une maîtrise de ses émotions, tantôt impulsif et irréfléchi… A titre personnel j’ai été plutôt gonflée par les vibes de macho protecteur « à tout prix ». Il y a une différence entre protéger quelqu’un et contrôler son existence hein. C’est souvent justifié par sa nature de vampire chef de meute et/ou un côté vieux jeu dû à son grand âge. Je ne suis pas très convaincue, et Diana s’en offusque aussi, mais pas assez à mon goût. Ce qui sauve Matthew Clairmont c’est son nom hyper classe et le fait que je l’ai toujours imaginé sous les traits de Matthew Goode, trailer oblige. C’est très difficile de lui en vouloir, j’ai honte je vous jure 🤪 Heureusement tout ça est un peu dilué dans la galerie de personnages secondaires très riche et variée. J’aime particulièrement Marcus, le « fils » de Matthew qui est assez pétillant. Enfin, j’étais initialement assez contente de la romance jusqu’à ce que Deborah Harkness abandonne toute notion de rythme ou de réalisme d’un gros coup de massue. Je suis shippeuse dans l’âme, ne vous méprenez pas, mais alors là, on nous a fait un Ted Mosby avec un bond beaucoup trop rapide à mon goût lors du séjour à Sept-Tours. Un peu dommage.

Bref, tout cela mélangé a donné un roman passionnant que j’ai dévoré. J’ai vaguement lu dix pages d’un autre livre quand je l’ai terminé, avant de craquer et de me jeter sur le tome 2.

⚠ ATTENTION : si vous lisez pour les tomes suivants, vous risquez d’être spoilé.e.s ! ⚠

Tome 2 – Shadow of Night

A la fin du tome 1, Matthew et Diana débarque dans le Londres élisabéthain en 1590. Deborah Harkness s’est fait plaisir avec ce changement de décor radical et la flopée de figures historiques qui interviennent dans les événements – William Cecil, Kit Marlowe, la reine Elisabeth… En termes d’intrigues, on plonge un peu plus dans l’univers des sorcières là où le tome 1 tournait beaucoup autour des vampires. Magie, sorts, familiers, alchimie : tout y passe sur fond d’intrigues à la cour, espionnage, chasse aux sorcières et rois lubriques en Bohême (je n’ai jamais aimé Prague et mon avis n’a pas changé ahah) et c’est super. Ce volume est un peu hors du temps, curieusement, car il ne fait pas tellement avancer la quête d’informations des héros, mais ce « bref » (est-ce qu’on peut vraiment dire que 580 pages et des poussières est bref ? c’est pour un ami) interlude historique permet à l’auteur de vraiment creuser les personnages, leur passé, leur personnalité et de développer leurs relations. Evidemment, ça concerne majoritairement Diana et Matthew, seuls voyageurs du temps, mais les relations qu’ils nouent avec leurs nouveaux contemporains vont êtres révélatrices. Ils se cherchent tout au long de ce tome 2 pour enfin se trouver et pouvoir pleinement reprendre leur quête d’Ashmole 782 dans le suivant.

Je suis un peu mitigée sur ce tome, car il m’a fait l’effet de ces séries qui font une nouvelle saison en changeant tout le cast et l’intrigue. C’était interessant de choisir Londres à la fin du XVIème siècle, et j’ai énormément apprécié le personnage de Gallowglass (qui est introduit dans ce tome), mais en même temps je me suis aussi parfois énervée face aux décisions de Diana. J’ai été agacée par des mots ou des actions qui m’ont paru inconcevables pour une femme du XXIème siècle, et la féministe en moi bouillonnait. Encore une fois, j’ai eu du mal avec l’attitude de Matthew qui n’est passez souvent remis à sa place 😄 Shadow of Night est néanmoins important car il explique beaucoup de choses. Le moins qu’on puisse dire, c’est qu’il m’a fait passer part toutes sortes d’émotions !

Tome 3 – The Book of Life

The Book of Life voit le retour à notre époque et la conclusion de la saga. Ca n’est pas sans rebondissements, vous vous en doutez, et pas mal de choses mises en branle en 1590 vont avoir leur importance. Tout le pan politique de l’organisation des « créatures » est développé avec le Covenant et les manigances inévitables qui y sont liées. Que de révélations ! D’ailleurs, qui dit nouveau tome dit également nouveaux personnages qui viennent compléter la déjà très grande famille Bishop-Clairmont, et à titre personnel j’ai trouvé que certains étaient un peu de trop. Phoebe Taylor par exemple ne m’a fait ni chaud ni froid. Pas mal de personnages font aussi leur retour, de manière plus ou moins prévisible, et peut-être qu’au final ce très (trop) grand nombre de personnages les désavantage. Certains interviennent juste pour faire avancer un peu l’intrigue et pouf, ils disparaissent à nouveau.

L’aspect scientifique est beaucoup mis en avant dans ce volume, et je dois dire que j’ai été un chouilla déçue des conclusions sur les origines des créatures. Je ne sais pas à quoi je m’attendais précisément, mais probablement quelque chose de plus recherché. Dans l’ensemble, je ne suis pas hyper fan de la façon dont se termine la saga, qui s’aventure dangereusement sur les terres de Forks, Washington (malgré une ou deux piques à Twilight, on sent malgré tout une influence). Je pense que ce tome est celui que j’ai le moins aimé des trois au final.

Je dois conclure, et en relisant mes notes je réalise que je suis assez critique, mais c’est une saga que j’ai beaucoup aimée malgré ses imperfections. Je pense que l’ambiance m’a un peu rappelé un de mes bouquins préférés, The Shakespeare Secret de J.L.Carrell – que je vous recommande à 1000% d’ailleurs ! Si vous avez survécu à cette longue review un peu brouillonne, respect 😅 Je vous donne rendez-vous très bientôt pour une review de l’adaptation en série. Vous ne pensiez tout de même pas que j’allais résister bien longtemps hein ?

Et vous, vous avez déjà lu la saga All Souls ? Des recommandations dans le même genre (sans vampires par contre, pitié ^^) ?

6 commentaires sur “Vendredi Lecture #63 – A Discovery of Witches et la trilogie All Souls de Deborah Harkness

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.